Navarra (Caste)

CASTE NAVARRA

La casta navarra est l’une des sept castes fondamentales du ganado bravo. Ces toros dit de « casta navarra » sont issues de ganaderias qui faisaient combattre leurs pupilles de la fin du 19eme siècle au début années 1920. La naissance du toreo dit « moderne » a peu à peu précipité l’oubli de cette caste ancestrale, n’étant alors sollicitée que lors de spectacles populaires comme les célèbres « bous al carrer ».

En 1513, le Marquis de Santacara commençait à sélectionner du bétail de casta navarra, issu de la race antique appelée « betiso », d’abord pour la boucherie. Les bêtes au comportement les plus rudes étaient alors envoyées dans des spectacles populaires alors appelées « matadoros ».

A cette époque naissent divers élevages dont la réputation se fera grandissante tels que Vicente Perez Laborda, Zalduendo, Guendulain, mais surtout Carriquiri.

C’est Carriquiri, ganadería appartenant à un important banquier navarrais qui hissa au plus, en corrida, la caste navarraise en faisant lidier son bétail à Madrid, Séville, Cadix mais aussi en France.

Parmi les grands toros de casta navarra : Llavero de Carriquiri toujours, qui durant la Feria du Pilar à Saragosse le 14 octobre 1860 fut gracié après avoir reçu 53 piques et tué 14 chevaux de picadors.

Il y eut aussi le toro Murcielago, gracié lui aussi, par le maestro Lagartijo, et qui eut une large descendance après avoir été offert aux ganaderos andalous Miura

Au début du 20eme siècle, le toro navarrais n’intéresse plus les toreros qui lui préfère des animaux d’origines Vistahermosa, plus aptes au jeu de muleta et donc au toreo moderne initié par les Joselito ou Belmonte. Peu à peu, il disparait de la majorité des élevages et se retrouve dans la vallée de l’Ebre, ne servant désormais, que pour des spectacles mineurs.

Certains éleveurs, à contre-courant de la mode actuelle ont tenté de maintenir cette caste à flot.

La faculté vétérinaire de l’université de Saragosse affirme que la race navarraise est une population bovine différente génétiquement du reste des races autochtones espagnoles.

Les études génétiques observées par l’université de Saragosse sur l’animal de caste navarraise ont démontré que, depuis que ces toros ne sont plus combattus en corrida depuis le début des années 1920, ces animaux n’ont bénéficié d’aucun suivi, ni d’aucun apport généalogique.

Certaines études ont clairement révélé une identité génétique unique, et propre à cette caste, différente des autres, y compris celle du toro de lidia. Ces études indiquent la grande pureté de la race, et c’est sur ces bases là que certains éleveurs comme Miguel Reta, ont décidé de travailler dans le but de conserver cette identité mais aussi la mettre en valeur.

La majorité des éleveurs de toros de casta navarra travaillent dans deux directions. Le cas de Miguel Reta est le plus explicite. D’abord en tachant de conserver au maximum les gênes de ces animaux, mais aussi leur comportement bien particulier, adapté aux capeas de villages et aux encierros. Mais aussi en travaillant et étudiant la possibilité de revenir dans une arène, pour la lidia formelle. Pour cela, Miguel Reta comme quelques confrères sont aidés par d’importantes personnalités du monde taurin comme Victorino Martin et à une époque par les maestro Gomez Escorial, Juan Jose Padilla où Fernandez Meca.

En somme, un véritable patrimoine génétique, préservé depuis plus de cent ans de toute fraction, de tout mélange de genre, en ne cédant pas à la mode du toreo moderne mais en maintenant ce trésor généalogique transmis depuis des générations. Pour l’aficionado c’est la garantie de sortir de la monotonie dans laquelle la tauromachie est plongée, revenant à un toro rude, rustique, agile, et qui transmet de l’émotion.

Morphologie : Physiquement le toro de casta navarra est un animal plutôt bas et fin. Sa robe est très rarement noire, ainsi ce sont le castaño et le colorado qui dominent l’étendue chromatique ce cette caste. Les cornes ont la particularité d’être systématiquement couleur caramel, avec une forte propension pour les animaux veletos ou cornivuelto. La croupe, tout comme le morillo, est peu développée.

Comportement : Ces animaux font preuve de vivacité et d’endurance et sont généralement connus pour leur férocité face au cheval de pique. Le toro navarrais à la réputation d’être prompt et malin en faisant preuve de genio face à la muleta. Un vrai dur à cuire.

Ganaderias de pure caste navarraise : Santos Zapateria, Reta de Casta Navarra, Ustarroz, Nicolas Aranda.

Compétences

Posté le

2 mars 2020

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 7 =


Share This