ENCASTE SALTILLO – CASTE VISTAHERMOSA

L’encaste, Saltillo, est le point d’encrage, sinon la base de la plupart des élevages mexicains.

Encaste rustique s’il en est, n’est aujourd’hui seulement représentée que par l’élevage du même nom et par la ganadería Miguel Zaballos.

En 2013, l’éleveur José Jaquín Moreno de Silva a racheté à ses cousins de Moreno de la Cova le fer Saltillo et une soixantaine de vaches pour les rajouter à son bétail qui a pour origine celui de leur aïeul, Félix Moreno Ardanuy. Ce dernier donna à l’élevage le nom de son épouse, Enriqueta de la Cova, en 1921, après avoir racheté la ganadería de Rodríguez Mauro en ne conservant que quelques têtes, remplaçant le bétail éliminé par des animaux d’origine Saltillo.

Morphologie : Le toro de Saltillo possède une robe caractéristique, reconnaissable entre toutes : la robe cardeña (grise) avec quelques exemplaires à la robe noire toutefois. Le Saltillo est un animal au gabarit relativement bas d’encolure, au museau fin que l’on qualifie parfois de « museau de rat ». Les cornes se veulent généralement astifinas et courtes, précédées d’un long cou et d’un petit morillo.

Comportement : Comme tous les encastes « rustiques », le toro de Saltillo prétend à un comportement versatile et changeant parfois du tout au tout, d’un individu à un autre, certains toros faisant parfois preuve d’une chispa incroyable.

Le toro de Saltillo se montre souvent très agressif à sa sortie des chiqueros, engendrant quelques tiers de piques épiques. Toro réputé nerveux, le Saltillo fait généralement passer un mauvais moment aux subalternes lors de la lidia du second tiers et la pose des banderilles s’avèrent parfois un véritable chemin de croix.

Dans le dernier tiers, le Saltillo, toro de sentido, prend souvent et rapidement la mesure de l’homme, ce qui rend leurs combats parfois âpres pour le torero, qui doit faire preuve d’un sang-froid à toute épreuve. Néanmoins, lorsque le Saltillo est bien conduit avec le leurre de serge rouge nommé muleta, ce dernier peut charger avec fixité et ralenti. C’est le cas par exemple au Mexique ou les toreros européens, qui rechignent à les affronter en Espagne ou en France, s’adonnent à de longues faenas, empreintes de douceur et fins tracés. Doté d’un long cou, le toro de Saltillo possède une aptitude excellente à baisser la tête.

Compétences

Posté le

2 mars 2020

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 + 4 =


Share This